Afficher le menu Retour numéros
Retour galerie

Paul Riveaux

Bassoniste / Elvis et moi

Création française de Dead Elvis (1993) de Michael Daugherty, pour basson et ensemble, le 22 décembre 1996 à la Cité de la musique.

Dans sa notice, Michael Daugherty écrit : « Le bassoniste se tiendra debout devant l’ensemble instrumental. En option : lunettes de soleil à la Elvis et/ou veste dans le style de l’Elvis de Las Vegas dans les années 1970. »

À l’époque où j’ai su que j’allais jouer cette pièce, Elvis et les stars du rock en général me semblaient appartenir à une autre planète pour laquelle je n’avais aucune attirance. Je trouvais même plutôt ridicule et pitoyable le comportement des fans face à leurs idoles. C’est donc plutôt à contrecœur que je me mis au travail, bien décidé à me contenter d’interpréter la partie de basson, certes de mon mieux, mais sans aller au-delà.

Pourtant, au cours des deux ou trois mois de préparation, j’ai glissé progressivement vers la fascination, voire l’adoration… Après avoir écouté et visionné la quasi-totalité des enregistrements et vidéos que je pouvais trouver, j’ai finalement poussé plus loin encore que ne le suggérait le compositeur l’aspect scénique de cette pièce attrayante et surprenante : micro-cravate, poursuite lumineuse braquée sur « Elvis » dès son entrée en scène, gestes et déplacements, et même un lent effondrement du « King » pour accompagner une longue descente chromatique – la descente aux enfers de la star –, sans parler de toute la panoplie vestimentaire, coiffure comprise !

Un souvenir très fort, avec des collègues brillants et complices et un Jonathan Nott aussi précis que pétillant de plaisir !

Portrait de la galerie photos © Franck Ferville